Armored Saint - Paris - 10/07/12

 

 ARMORED SAINT

10 JUILLET 2012

PARIS - MAROQUINERIE

 

 

 

 

 

 

 



Voici une date historique qui fait plaisir ! En effet, si Armored Saint n’a malheureusement jamais rencontré le succès escompté (son chanteur John Bush ayant également injustement et incompréhensiblement peiné à s’imposer auprès des masses au sein d'Anthrax), les amateurs attendaient cette date depuis une éternité (ou plutôt 30 ans !) sans trop y croire. Et oui, le combo de heavy metal de Los Angeles affiche 30 ans au compteur et aussi surprenant que cela puisse paraitre, il n’a jamais foulé les planches parisiennes ! Et pourtant, c’est peu dire que le groupe en a toujours eu l’envie ! Cette date miraculeuse a d’ailleurs bien failli être annulée devant le faible nombre de préventes mais Armored Saint étant si prêt du « but » (celui de se produire à Paris), le groupe a insisté pour que la date soit maintenue. Un beau geste ! Le groupe de death metal Collapse ouvre l’évènement devant une salle quasiment vide et du coup très timide. Mais reconnaissons bien volontiers que le style générique du combo est assez peu approprié au contexte, d’autant plus que son intérêt est limité. On pouvait donc craindre le bide pour Armored Saint, mais finalement, la Maroquinerie est suffisamment remplie pour dissiper toute gêne et surtout, on a forcément affaire ici à un public de connaisseur ! En résulte une entrée sur scène au son de « Loose Canon » dans une ambiance de feu, et le thermomètre de ne jamais cesser de grimper au cours de la soirée ! D’entrée de jeu, John Bush assure grave évidemment, tant vocalement qu’au niveau de son intensité scénique, mais Joey Vera se montre lui aussi remonté et surmotivé, bien épaulé par ses 2 guitaristes Jeff Duncan et Phil Sandoval (ce dernier nous fait penser à un mélange de sosie de Kirk Hammett et Chris Cornell), tous 2 impeccables dans chacune de leurs interventions (même si Sandoval est un peu en retrait dans le mixage). Le set s’appuie majoritairement sur le dernier album La Raza (2010) et sur le premier March Of The Saint (1984) tout en restant bien équilibré et en puisant dans chaque opus. Le classique « March Of The Saint » suit, et le public de reprendre à gorge déployé le refrain comme s’il y avait 3 fois plus de monde dans la salle ! L’ambiance est mortelle et le groupe est aux anges ! L’occasion pour John Bush de remercier Olivier Garnier, véritable facilitateur de cette date, en lui dédiant l’old school « False Alarm » : « Merci à Olivier pour son optimisme, sans lui cette date n’aurait pas eu lieu, avec lui nous nous échangions des lettres à l’époque…c’est vraiment old school, c’était bien avant les emails ! ». Le set se poursuit avec d’autres cartouches imparables comme « After Me, The Flood », un « Last Train Home » qui fait plaisir à entendre, ou le récent « Little Monkey » interprété pour la première fois en concert et sur lequel Bush demande l’aide du public : « C’est facile, vous n’avez qu’à scander 2 mots, ce titre parle d’un trou du cul d’Hollywood qui se prend pour un gros dur mais qui n’est qu’un petit singe ! ». Un titre qui fonctionne d’ailleurs à merveille en live ! « Aftermath » (belle prestation de Bush !) vient également varier les plaisirs par son caractère plus épique et plus mélodique, et on se dit franchement qu’Armored Saint possède une sacrée dynamique dans son répertoire ce qui rend ce concert d’une rare fluidité ! On le répète, le groupe est heureux d’être là et John Bush d’en parler : « Certains d’entre nous n’étaient jamais allé à Paris, nous avons passé quelques jours ici, j’ai emmené ma famille avec moi, j’adore cette ville. Notre Dame De Paris, Le Louvre, qu’est ce que j’aimerai avoir ce genre de choses aux Etats-Unis. Bon ok, on a l’Empire State Building, mais vous avez la Tour Eiffel ! » et Duncan de lui lâcher : « On a l’Alamo Dome aussi ! » et Bush de lui rétorquer : « Ouais c’est tellement bien qu’Ozzy a pissé dessus ! ». Bref, on se décontracte, l’atmosphère est chaleureuse à souhait, et on continue de chanter à tue tête des classiques mésestimés tels que « Chemical Euphoria », « Reign OF Fire » et même le récent single « Left Hook From Right Field ». En rappel, après que le public souhaite un joyeux anniversaire (en français) ) à Phil Sandoval (ce dernier semble vraiment ému), le préhistorique « Lesson Well Learned » issus du premier EP du combo nous met sur les genoux avant que la soirée ne se finisse avec encore plus de bonne humeur lorsque Bush nous ramène son gosse de 3 ans, qui pense faire parti du groupe selon lui, et qui s’amuse avec une guitare miniature (pas branchée) tout en poussant la chansonette avec son papa sur les refrains de « Can U Deliver » et « Madhouse » qui achèvent cette performance aussi inespérée que mémorable dans une ambiance de folie ! Une date déjà culte et vous connaissez le dicton : les absents ont décidément toujours tord !


Setlist ARMORED SAINT :
01-Loose Canon
02-March Of The Saint
03-Nervous Man
04-Head On
05-False Alarm
06-After Me, The Flood
07-Last Train Home
08-Little Monkey
09-Aftermath
10-Left Hook From Right Field
11-Reign Of Fire
12-Chemical Euphoria
Encore :
13-Lesson Well Learned
14-Can U Deliver
15-Madhouse      

 

close
_/_

_/_