Hellfest 2013 - Clisson - 22/06/13

 

HELLFEST 2013

JOUR 2 - 22 JUIN 2013

CLISSON

 

 

 

 

 

En ce samedi midi, ça pluviote toujours un peu sur Clisson pendant que P.O.D, premier groupe d’une petite série formant aujourd’hui une sorte de revival neo-metal, envoi les tubes de son album à succès Satellite (2001) que le public ne semble pas avoir oublié à en juger de la réaction assez positive de ce dernier aux « Youth Of The Nation » et autre « Alive ». Il faut dire aussi que le mélange metal/punk/reggae/rap du quintet (car en live il y a un claviériste chanteur rasta en plus) passe finalement plutôt bien à cette heure matinale et P.O.D offre une petite respiration notamment sur les parties les plus reggae (ouverture d’esprit indispensable toutefois). Assez savoureux de voir un groupe revendiqué chrétien scandé le nom du Hellfest à tant de reprises et dans le même genre, amusant de voir un festivalier déguisé en Jesus restant seul debout lorsque Sonny Sandoval fait assoir tout le public sur « Southtown », ce qui ne manque pas de faire également marrer le chanteur. Bref, pas de quoi casser 3 pates à un canard, mais P.O.D qui n’est pas venu en Europe depuis 10 ans nous offre toutefois un set agréable !

Setlist P.O.D :
01-Boom
02-Set If Off
03-Murdered Love
04-Without Jah, Nothin’
05-Youth Of The Nation
06-Babylon The Murderer
07-Southtown
08-Alive
09-What I Got (Sublime)


On continue dans les vieilles gloires du neo-metal avec la reformation de Coal Chamber qui balance d’entrée son tube ultime « Loco » ! Le son est massif, Dez Fafara en très grand forme et son batteur toujours aussi percussif Mike Cox a toujours autant l’air d’un barjot et semble se plaire à faire courir son roadie partout sur scène pour ramasser les baguettes qu’il jette volontairement. Coal Chamber n’a toujours pas grand-chose à proposer avec son neo-metal très limité et répétitif à l’image des nombreux titres tirés de son premier album éponyme, pourtant populaire, mais reconnaissons lui quand même une bonne patate et une efficacité certaine. On prend surtout plaisir à entendre des titres de Dark Days (2002), album qui n’avait pas encore bénéficié de tournée européenne, et qui renferme les meilleures chansons du combo comme « Fiend » ou le groovy « Something Told Me » où Dez impressionne par son phrasé impeccable. Rigolo et efficace, mais sans plus. 

Setlist COAL CHAMBER :
01-Loco
02-Big Truck
03-Fiend
04-Rowboat
05-Something Told Me
06-Drove
07-I
08-Dark Days
09-Oddity
10-Sway


Plus tard dans l’après-midi, Down lève quelques éclaircies et balance son metal sudiste et bluesy racé devant un parterre qui lui est tout acquis. Phil Anselmo et les siens sont des habitués du Hellfest et ça se sent ! En cette journée d’affluence record pour le festival, on peut vraiment commencer à juger de l’abondance du public et premier instant notable du set : une poupée gonflable atterrit sur scène avec Anselmo qui se met à lui manger le téton ! Le reste est plus sérieux avec les éternels classiques d’un Nola (1995) toujours aussi utilisé (seul 3 titres n’en sont pas extraits) et on note surtout l’imparable « Lifer » dédié à Dimebag, « Lysergic Funeral Procession » en mémoire de Jeff Hanneman, « Ghosts Along The Mississipi » quant à lui dédié au père de Neil Fallon de Clutch, décédé il y a peu (Down remplace le lendemain Clutch sous la Valley pour un show spécial, mais j’y reviendrai) et la fin du set est résolument dantesque avec « Stone The Crow » repris par le Hellfest tout entier et un « Bury Me In Smoke » des familles avec un bœuf final où apparaissent Jason Newsted, Matt Pike ainsi que le batteur de In Solitude. Gros carton !

Setlist DOWN :
01-Eyes Of The South
02-Witchtripper
03-Lifer
04-Lysergic Funeral Procession
05-Hail The Leaf
06-Ghosts Along The Mississipi
07-Pillars Of Eternity
08-Losing All
09-Stone The Crow
10-Bury Me In Smoke

 


Après avoir aperçu un bout fort agréable d’un Red Fang balançant sa musique catchy avec un super son et beaucoup de conviction sous la Valley, on change de décor et on revient sur la mainstage pour voir la prestation du trio texan ZZ Top, qui jouit pour le coup sans aucun doute de la plus grosse affluence de tout le weekend ! Et le public ne s’y est pas trompé, car Billy Gibbons et les siens nous offrent une véritable leçon de rock n’roll qui swingue et nous gratifie sans trop d’artifice de leur groove et leur bonne humeur si particulière. « Waiting For The Bus », « Gimme All Your Lovin’ », la reprise surprise du « Foxy Lady » de Hendrix, « Legs » avec les guitares à fourrure, « La Grange » ou bien encore ce final sur « Tush », ZZ Top fait le métier et ravit le public cloisonnais à tel point que la pression arrive sur les épaules de Gene Simmons et Paul Stanley !


Setlist ZZ TOP :
01-Got Me Under Pressure
02-Waitin’ For The Bus
03-Jesus Just Left Chicago
04-Gimme All Your Llvin’
05-Pincushion
06-I Gotsa Get Paid
07-Flyin’ High
08-Foxy Lady (Jimi Hendrix)
09-My Head’s In Mississipi
10-Chartreuse
11-Sharp Dressed Man
12-Legs
13-Tube Snake Boogie
14-La Grange
15-Tush


Kiss suit donc sur cette mainstage, flanqué de cette rampe de lights hallucinante prenant la forme d’une araignée, et premier couac de leur set, les 4 maquillés sont censé arriver du plafond grâce à l’araignée…qui semble ne pas vraiment fonctionner. Arrivée classique par le bas du coup sur un « Psycho Circus » aussi inattendu que mal senti pour débuter le set. Kiss offre d’habitude une setlist best-of et en général je me plais à saluer le courage des gros groupes qui exhument des raretés. Kiss le fait donc sur cette tournée, car outre « Psycho Circus » sont interprétés les méconnus «Say Yeah »  et « War Machine », mais bizarrement avec Kiss, les raretés ça ne le fait pas trop. D’ailleurs quelque chose semble manquer à ce concert. Est-ce la voix de Paul Stanley qui est faiblarde ? Pas forcément, mais d’une manière générale Kiss semble être en pilote automatique, prêt à rentrer chez lui (dernière date de la tournée) et le public n’est pas non plus trop dedans et ne s’émerveille pas du show riche en pyrotechnie du groupe, sans parler du fait que nombreux spectateurs désertent au fur et à mesure du set. Alors certes quand Paul Stanley vole au dessus de Clisson sur « Love Gun », ça le fait, mais Kiss n’est pas très convaincant ce soir et s’est littéralement fait voler la vedette par ZZ Top !

Setlist KISS :
01-Psycho Circus
02-Shout It Out Loud
03-Let Me Go, Rock N’Roll
04-I Love It Loud
05-Hell Or Hallelujah
06-War Machine
07-Deuce
08-Say Yeah
09-Shock Me
10-Outta This World
11-God Of Thunder
12-Lick It Up
13-Love Gun
14-Rock And Roll All Nite
Encore :
15-Detroit Rock City
16-Black Diamond     


Korn finit cette journée et débute son set à 0h45 juste après celui de Kiss. Sur cette tournée, le combo californien fête ses retrouvailles avec son guitariste Head (et ses chœurs guerriers qui manquaient ces dernières années) et propose dans la foulée une setlist résolument old school (même si 3 titres de la période sans Head sont interprétés). Beaucoup d’énergie, un groupe en grosse forme, une setlist de feu mais malheureusement un son un brin entaché par une tonalité de caisse claire insupportable de Ray Luzier (très bon batteur cependant !) et des basses comme souvent beaucoup trop fortes. Une entrave pour rentrer pleinement dedans, mais « Blind » et les nombreuses vieilles raretés de ce set que sont « Chi », « Dead Bodies Everywhere », « Helmet In The Bush », « No Place To Hide » fonctionnent très bien quand même ! A noter que lorsqu’il a un temps de jeu plus important, Korn interprète également d’autres pépites oubliées que sont « Lies » ou « Ball Tongue ». Un bon concert de Korn en tout cas !

Setlist KORN:
01-Blind
02-Twist
03-Chi
04-Falling Away From Me
05-Dead Bodies Everywhere
06-Narcissistic Cannibal
07-Coming Undone
08-Did My Time
09-Shoots And Ladders/Somebody Someone
10-Helmet In The Bush
11-No Place To Hide
12-Here To Stay
Encore :
13-Get Up!
14-Got The Life
15-Freak On A Leash   

Crédits photos :
Eric Bagnaro-Ozirith.com/Hellfest Productions (P.O.D, Coal Chamber, ZZ Top, Kiss, Korn, Public)
Marc Duvollet (Down)

close
_/_

_/_