Anneke Van Giersbergen - Paris&Lille - 13&15/12/12

 

ANNEKE VAN GIERSBERGEN

13 & 15 DECEMBRE 2012

PARIS (SCENE BASTILLE) & LILLE (SPLENDID)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour finir en beauté une année 2012 bien chargée, Anneke Van Giersbergen donne ses 3 derniers concerts en France en faisant escale à Paris, Limoges et Lille. Première étape de ce court périple hexagonal, le concert parisien à la Scène Bastille est spécial dans le sens où Anneke s’y produit seule accompagnée de sa guitare acoustique et donc sans son groupe. La salle affiche complet et cela n’entache en rien le caractère résolument intimiste et chaleureux de l’évènement. Evidemment, Anneke propose en acoustique une setlist très différente de celle qu’elle joue en electrique et dans ce contexte c’est son premier album solo Air (2007), le plus organique, qui se taille la part du lion ainsi que de nombreuses reprises. Anneke débute son set au son d’un « Beautiful One » qui annonce la couleur de la soirée : doté d’un pédalier capable d’enregistrer des boucles (comme son compère Danny Cavanagh d’Anathema), Anneke capte dès le premier riff un « whoo ! » du public, qui ne cesse de revenir en boucle pendant la chanson, manquant de peu de voir Anneke s’effondrer de rire et louper le coche ! Mais madame Van Giersbergen en bonne professionnelle ne se démonte pas, assure même le coup et se met au passage le public encore plus dans la poche, les petites imperfections de la sorte rendant toujours un concert plus humain ! Le public est d’ailleurs excellent ce soir. Très calme et à l’écoute pendant les titres et très chaleureux entre chacun d’entre eux. Paris montre l’exemple sur ce coup ! Evidemment accueilli comme un classique, le « Locked Away » de The Gathering fait plaisir à entendre ainsi que la rareté extraite des sessions de Air qu’est « Not The Most Pretty Girl » où un spectateur fait marrer tout le monde en répondant à Anneke : « mais si tu es la plus belle ! (cf.les paroles du titre) ». Anneke est d’ailleurs particulièrement joviale ce soir et blague beaucoup avec le public dans une ambiance plus relâchée que d’habitude et assez agréable. Seul extrait de son dernier album en date Everything Is Changing (2012), « Circles » interprété dans un nouvel arrangement à la guitare, s’impose comme un des moments les plus brillants de la soirée, la voix d’Anneke étant aussi délicate que sublime sur ce titre. Plus tard, lorsque des fans commencent à s’adonner à du growl incongru, Anneke en plaisante et leur demande de growler : « love » ! Les fans s’exécutent avant que leur chanteuse favorite ne leur livre le joli « 4 Years » extrait du projet Lorrainville auquel elle a participé. Moment le plus compliqué du set d’après Anneke, apparemment en délicatesse lorsqu’il s’agit de jouer un Fa d’après ses dires, la reprise de Cyndi Lauper « Time After Time » fonctionne pourtant très bien tout comme celle de U2 « All I Want Is You » et l’habituel « My Electricity » de The Gathering. Autre moment de grâce, lorsqu’Anneke se frotte au répertoire de Fleetwood Mac avec un « Songbird » vraiment magnifique. Après l’oublié « You Are Nice ! », plus interprété depuis la tournée de Air, Anneke redonne dans les reprises en rappel avec là encore du très bon avec le « Drowning Man » de U2, « Jolene » de Dolly Parton et en final « The Power Of Love » de Frankie Goes To Hollywood dans la version totalement remaniée et convaincante de Pure Air (2009). Un très joli final pour ce set acoustique de 80 minutes qui laisse de bons souvenirs dans les esprits présents avant de retrouver le groupe au complet à Lille 2 jours plus tard.

Setlist ANNEKE VAN GIERSBERGEN (Paris) :
01-Beautiful One
02-Yalin
03-Locked Away (The Gathering)
04-Not The Most Pretty Girl
05-Circles
06-I Want
07-Hey Okay !
08-4 Years (Lorrainville)
09-Time After Time (Cyndi Lauper)
10-My Electricity (The Gathering)
11-All I Want Is You (U2)
12-Songbird (Fleetwood Mac)
13-Your Are Nice !
Encore :
14-Drowning Man (U2)
15-Jolene (Dolly Parton)
16-The Power Of Love (Frankie Goes To Hollywood)

C’est au traditionnel Splendid de Lille qu’Anneke, cette fois accompagnée de ses musiciens, donne ce soir son dernier concert de 2012. On revient à un set plus similaire de celui donné à la Machine du Moulin Rouge au printemps dernier avec un Everything Is Changing largement mis à contribution contrairement au concert de la Scène Bastille 2 jours plus tôt. On commence donc avec les catchy et pop-rock « Feel Alive », « My Boy » et « Take Me Home », ce dernier étant peut être le plus convaincant des 3, et Anneke de se révéler sous un jour plus énergique, plus fougueux, avec comme dénominateur commun une voix toujours superbe, puissante et impeccable dans sa maitrise. Le public est accueillant mais un brin timide mais le Splendid est loin d’être complet, ceci n’aidant en rien. Anneke attend donc l’accrocheur « You Want To Be Free » pour haranguer ses troupes : « est-ce que les filles sont contentes ? Est-ce que les garçons sont heureux ? On dirait que les garçons sont plus contents que les filles ! » à en juger de la réaction à chaque question. « Circles » fait encore des merveilles, livré dans une version complètement différente d’il y a 2 jours. Première reprise du set, l’étonnant « Here Comes The Rain » d’Eurythmics, nouvelle preuve du brio qu’Anneke a à s’approprier n’importe quel titre et même les plus improbables. Autre reprise, cette fois plus logique et attendue, le « Saturnine » de The Gathering dans une version assez heavy et qui ne manque évidemment pas de hausser l’ambiance du Splendid ! Ca tombe bien, car on rentre dans la phase plus costaude du set avec ensuite « Stay » et l’épique « 1000 Miles Away From Me » avant la première grosse surprise de la soirée : le « Strange Machines » de The Gathering déterré de Mandylion (1995) et livré dans une version largement améliorée par l’interprétation du groupe d’Anneke, le batteur Rob Snijders en tête qui y insuffle beaucoup plus de groove et de feeling. Profitons d’ailleurs de l’occasion pour signaler l’interprétation solide et toujours très propre de la formation d’Anneke. En rappel, c’est la deuxième grosse surprise de la soirée, même si annoncée et donc moins surprenante, à laquelle nous avons le droit avec la présence de Danny Cavanagh d’Anathema qui va nous livrer un court set acoustique en duo avec Anneke. Comme toujours lorsque ces 2 là se produisent ensemble, la magie est au rendez-vous et opère d’entrée avec le « Teardrop » de Massive Attack qui avec le subtil et délicat « Blower’s Daughter » de Damien Rice, s’impose comme des classiques du duo tant Anneke et Danny se sont appropriés ces 2 titres et font des étincelles avec. Mais outre un « You Learn About It » de The Gathering sympathique, mais pas transcendant, c’est bel et bien le « Untouchable Part 2 » d’Anathema qui s’impose peut être comme le moment le plus magique de la soirée grâce à une interprétation pleine d’émotion ainsi qu’une communion parfaite avec le public ! Le duo frappe encore très fort. 4 titres et c’est déjà fini, mais Anneke se voit ensuite rejointe par sa formation pour finir l’année comme il se doit avec la tension énergique de l’inévitable « Witnesses » qui ponctue ce bon concert achevant le chapitre Everything Is Changing avant de retrouver Anneke avec un nouvel album en 2013 !     

Setlist ANNEKE VAN GIERSBERGEN (Lille) :
01-Feel Alive
02-My Boy
03-Take Me Home
04-Beautiful One
05-Fury
06-You Want To Be Free
07-Circles
08-Here Comes The Rain (Eurythmics)
09-Saturnine (The Gathering)
10-Stay
11-1000 Miles Away From You
12-Strange Machines (The Gathering)
Encore :
13-Teardrop (Massive Attack)
14-Untouchable Part 2 (Anathema)
15-The Blower’s Daughter (Damien Rice)
16-You Learn About It (The Gathering)
17-Witnesses


close
_/_

_/_