Stone Sour - Paris - 25/11/12

 

STONE SOUR

25 NOVEMBRE 2012

PARIS - BATACLAN

 

 

 

 

 

 

 

 


Fort de ce qui est à ce jour le meilleur disque de sa carrière, House Of Gold & Bones Part 1 sorti fin octobre, Stone Sour débute sa tournée européenne à Paris et plus précisément au Bataclan qui affiche complet depuis déjà un bon petit moment. Après un set peu remarqué du groupe indus/electro Hounds, Corey Taylor et compagnie investissent les planches avec l’entame de son nouvel album, même si le set reste très équilibré entre leur 4 opus. C’est donc la doublette « Gone Sovereign »/ « Absolute Zero » qui lance les hostilités et le fait plutôt de belle manière ! C’est une première date mais les américains sont déjà bien en place, le duel de solo de Jim Root et Josh Rand sur « Gone Sovereign » en étant un bon exemple. Le public est conquis et tout acquis à la cause du groupe de Des Moines comme en atteste cette grosse participation sur les chœurs d’ « Absolute Zero ». Corey chante très bien dans tous les registres, le digne héritier d’Animal du Muppet Show qu’est Roy Mayorga cogne avec autant de ferveur que de talent et le nouveau bassiste Johnny Chow fait le boulot discrètement en fond de scène. Seulement voilà, il y a un hic, le son est assez sourd et le mixage approximatif. La voix de Corey Taylor se retrouve ainsi parfois noyée et au niveau des guitares le constat est encore pire. C’est bien simple, l’acoustique privilégie outrageusement la batterie de Roy Mayorga, et même si on apprécie beaucoup cet excellent cogneur (au passage impeccable en tout point ce soir), plus de place aux autres instruments n’auraient pas été de refus ! Seul titre du médiocre Audio Secrecy (2010) à bien passer le test de la scène ce soir, « Mission Statement » poursuit sur une bonne lancée (par contre on aurait pu totalement se passer des 2 autres plus tard…), tout comme le « Hell & Consequences » d’un Come What(ever) May (2006) qui s’illustre toujours comme l’album le plus sollicité du set et Josh Rand de livrer avec brio le solo qu’il considère comme sa signature sur ce titre (cf.interview à paraitre prochainement). Corey Taylor, toujours habile pour livrer quelques mots de français et tenir ses fans dans la main, rappelle que le premier disque éponyme a 10 ans et balance un « Orchids » apprécié des fans, mais qui nous montre aussi le caractère plus immature de la musique de Stone Sour à ses débuts. Et c’est là un peu le problème, car si on échappe enfin à l’abominable « Get Inside », d’autres titres moyens comme « Monolith », « Reborn » ou encore « Blotter » (avant lequel Taylor présente Roy Mayorga comme l’homme qu’une attaque ne pouvait pas briser, en référence à celle dont Roy a été victime l’année dernière) squattent encore la setlist. On se console donc avec le sautillant « Made Of Scars », le chantant « A Rumor Of Skin » et le trashy « RU 486 » qui déclenche un joli pogo. La fin du set se montre malheureusement assez ennuyeuse avec des titres dispensables d’Audio Secrecy et un rappel bien mielleux où Corey apparait seul avec sa guitare pour balancer, après une interprétation assez plate d’un « Nutshell » d’Alice In Chains que personne ne semble connaitre ici, les tubes « Bother » et « Through The Glass ». Ce constat négatif n’engage évidemment que moi, le public étant quant à lui aux anges tout au long de cette soirée qui se finit tout de même sur une touche positive avec « 30/30-150 », même si le concert de ce soir a malgré tout souffert de l’inégalité du répertoire de Stone Sour (et le fait de griller trop de bonnes cartouches trop tôt dans le set) additionné à une acoustique suspecte. Stone Sour peut mieux faire et serait bien inspiré de miser encore davantage sur son nouvel album House Of Gold & Bones Part 1.
 
Setlist STONE SOUR :
01-Gone Sovereign
02-Absolute Zero
03-Mission Statement
04-Hell & Consequences
05-Orchids
06-Made Of Scars
07-A Rumor Of Skin
08-Reborn
09-Monolith
10-Blotter
11-RU486
12-Say You’ll Haunt Me
13-Digital
Encore :
14-Bother
15-Through Glass
16-30/30-150

 

close
_/_

_/_