Monster Magnet - Paris - 21/11/12

 

MONSTER MAGNET

21 NOVEMBRE 2012

PARIS - MAROQUINERIE

 

 

 

 

 

 

 

 


Dave Wyndorf et ses compères ont pris l’habitude ces derniers temps de venir rendre visite à leurs fans européens tous les mois de novembre et ainsi c’est à cette époque de l’année que l’on voit à un an d’intervalle depuis 2010 Monster Magnet se produire à Paris. Histoire d’éviter de lasser le public, dont la capacité est déjà réduite à celle d’une Maroquinerie, Wyndorf a la bonne idée de proposer quelque chose de différent chaque fois et après la tournée en soutien de Mastermind (2010) et celle de l’an dernier où le combo a joué Dopes To Infinity (1995) en entier, Monster Magnet revient avec une autre tournée « nostalgique », peut être encore plus intéressante car consacrée à son premier opus Spine Of God (1991) et quelques grosses raretés…mais nous y reviendrons un peu plus tard ! Là où Monster Magnet avait judicieusement opté pour changer l’ordre des titres de Dopes To Infinity, il a la bonne idée de conserver le déroulement de Spine Of God intact comme sur album. Une bonne décision dans les 2 cas, Dopes To Infinity ayant tous ses « hits » au début et Spine Of God étant plus équilibré et mieux réparti dans sa qualité. C’est donc sur le puissant et spatial « Pill Shovel » que Monster Magnet débarque, avec un Dave Wyndorf revigoré par les nombreux kilos qu’il a perdu et qui a 56 ans semble trouver une seconde jeunesse tant il est déchainé ce soir et évidemment toujours égal à lui-même lorsqu’il s’agit de sortir ses mimiques impayables…ou encore de faire du baisemain d’entrée de jeu à une jolie brunette qu’il a repéré au premier rang ! Wyndorf est en voix et en verve donc et si à part lui aucun membre du groupe n’a joué sur les versions studio de toute la setlist du soir, son groupe est on ne peut plus dans le coup sous l’impulsion d’une section rythmique Pantella/Baglino toujours très percutante et les guitaristes Phil Caivano et Garrett Sweeny (désormais bien installé à la place de Ed Mundell et qui effectue déjà son 3ème concert parisien) restituent à merveille toutes les parties de John Mc Bain, guitariste d’origine de Monster Magnet. S’en suivent les 2 seuls titres pouvant êtres catégorisés comme classique sur le disque avec « Medecine » et « Nod Scene » tous 2 très bien accueillis par les fans et dont l’efficacité n’est pas à prouver. Pourtant, c’est bel et bien sur le moins connu et bien massif « Black Mastermind » que le public se déride et fait monter la température d’un cran avant que l’on arrive au meilleur moment du set en combinant tout d’abord la ballade cosmique et excellente qu’est « Zodiac Lung » et ce que Wyndorf déclare comme le must du set avec l’apocalyptique « Spine Of God » qui n’offre pas ce soir la débauche sur fond de cassage de guitare comme lorsqu’il était joué en final il y a quelques années, mais qui marche toujours à merveille en live avec Wyndorf qui ne cesse de communiquer avec le public, déclarant au passage après un de ses nombreux coups de folie vocaux: « ce fût une longue journée mais Paris est une ville magnifique ». En fin de set, lorsque vient le moment du dernier titre de Spine Of God qu’est « Ozium », Wyndorf lève le voile sur le sens des paroles : « c’est une bonne chanson qui raconte le fait de baiser sous LSD. Une expérience merveilleuse au début du rapport mais qui devient horrible ensuite, je ne le recommande à personne ! ». A ce moment du concert, on se dit que Spine Of God passe idéalement le test de la scène, très psychédélique comme Dopes To Infinity, mais peut être plus consistant dans sa globalité et plus efficace, nous saluons déjà la réussite de l’entreprise. Mais là où Wyndorf nous comble, et au passage essuie les éventuels regrets de manquer Motorhead et Anthrax se produire le même soir au Zénith avec des setlists best-of, c’est par l’énorme prise de risque du rappel. Après Dopes To Infinity, le public avait eu le droit en 2011 à un petit best-of en guise de conclusion. Et bien ce soir, ne cherchez pas les soi-disant inévitables « Spacelord » ou « Powertrip » et consort, car Monster Magnet a choisi de jouer le jeu et de creuser dans ses archives les plus méconnues ! 2 titres de l’EP Tab (1991) avec un « Lord 13 » habité et l’uptempo « Longhair » et encore plus fou 3 titres du premier EP éponyme sorti en 1990 avant Spine Of God avec la transe de « Murder », « Tractor », certes largement connu celui-ci car aussi présent sur Powertrip (1998) et un final que l’on n’aurait jamais pu imaginer avec le tout premier titre écrit dans l’histoire de Monster Magnet avec ce « Freak Shop USA » qui passe comme une lettre à la poste. Un concert mémorable, hors du temps, psychédélique et cosmique ! Encore meilleur que celui de l’an dernier et si on peut parier que Wyndorf sera tenté par une troisième tournée nostalgique consacrée cette fois à son disque le plus connu Powertrip, on se dit vraiment que celle-ci avait un parfum si spécial qu’il sera bien difficile de l’égaler !    
    
Setlist MONSTER MAGNET :
01-Pill Shovel
02-Medecine
03-Nod Scene
04-Black Mastermind
05-Zodiac Lung
06-Spine Of God
07-Snake Dance
08-Sin’s A Good Man’s Brother
09-Ozium
Encore :
10-Lord 13
11-Murder
12-Longhair
13-Tractor
14-Freak Shop USA

 

close
_/_

_/_