Down - Paris&Dortmund - 24&31/10/12

 

DOWN

24 & 31 OCTOBRE 2012

PARIS (BATACLAN) & DORTMUND (FZW)

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans la foulée de la sortie de The Purple EP, Down effectue un retour très attendu en Europe, les dates étant toutes sold out ! Il faut dire que si la formation de New Orleans n’est pas avare en passage européen, c’est surtout sur les festivals que Down s’est produit ces dernières années et il y a tout simplement 4 ans et demi que le groupe n’avait pas donné une tournée des salles en soutien d’un nouveau disque. C’est d’ailleurs dans ce même Bataclan que Down avait joué pour la dernière fois à Paris en 2008 et depuis quelques jours, la salle du 11ème arrondissement affiche complet. Pour ouvrir les hostilités, le groupe texan de thrash old school Warbeast, protégés de Phil Anselmo, dégainent un set bien envoyé et plein de maitrise sous l’impulsion de l’excellent guitariste bodybuildé Scott Shelby dont le jeu véloce, alambiqué, précis et original (mention spéciale aux solos dantesques !) ne laisse pas indifférent et aussi par le très technique batteur Joey Gonzalez (qui joue également sur l’album solo de Phil Anselmo que vous pourrez découvrir début 2013). Destroy (2013), le second opus de la formation a beau ne pas être encore disponible (il faudra attendre mars 2013 à priori), la majorité du set lui est consacré laissant ainsi étrangement Krush The Enemy (2010) un peu sur la touche malgré 3 bonnes cartouches avec le titre éponyme et « Scorched Earth Policy » en tête ! Mais il faut dire, les nouveaux titres sont vraiment efficaces et assassins à l’image de l’accrocheur « Nobody »,  le tranchant « Nightmares In The Sky » ou encore « Egotistical Bastard » sur lequel Anselmo, à peine planqué derrière un ampli et qui mime tous les riffs, vient pousser la chansonnette avec son compère Bruce Corbitt. Ovation du public du Bataclan évidemment et on remarque la présence de fans ayant fait le déplacement pour Warbeast à en juger de ce gros drapeau à l’effigie des texans accroché au balcon. Warbeast aura une grosse actu en 2013 étant également présent sur le split War Of The Gargantuas (qu’il partage avec 2 titres du projet solo d’Anselmo) et en profite aussi pour dévoiler ces 2 titres exclusifs au split avec « It » et l’incisif « Birth Of A Psycho ». Une belle leçon de pur trash à l’ancienne !

Setlist WARBEAST (Paris) :
01-Warbeast
02-Krush The Enemy
03-It
04-Egotistical Bastard
05-Scorched Earth Policy
06-Nobody
07-Guardian Angel
08-Nighmares In The Sky
09-Birth Of A Psycho


Dans un tout autre registre, beaucoup plus lent et groovy, Down débarque au son de l’intro bluesy de « Eyes Of The South » sous les vivas d’un public hors norme, déjà complètement chaud bouillant ! Ambiance des grands soirs au Bataclan, de quoi insuffler une pêche d’enfer au groupe, et le concert de se montrer dès le début monumental ! Jimmy Bower est très affuté et sa frappe n’en est que meilleure et alourdie comme le montre le groove implacable et puissant de « Open Coffins ». Lorsqu’Anselmo dédie comme à l’accoutumée « Lifer » à Dimebag Darrell, le Bataclan offre un hommage vibrant au défunt guitariste de Pantera en scandant son nom pendant de longues secondes et fait encore mieux en transformant la salle en un joyeux bordel fougueux pendant la chanson ! Tout le monde est dans le coup sur scène dans ce set surtout consacré à Nola (1995), comme toujours il est vrai ! Phil est très loquace ce soir, enthousiasmé par la réaction dithyrambique du public et se montre taquin lorsqu’il déclare après avoir été applaudi pour pas grand-chose : « on n’est pas à un concert de Skid Row ! » perche tendue que Kirk Windstein saisit pour balancer le riff de « Youth Gone Wild » avant d’être stoppé par son frontman. Annoncé en tandem par Anselmo et Windstein, « Ghosts Along The Mississipi » est dédié aux headbangers dixit Phil et ce dernier tellement heureux de la réception dans la fosse, stoppe le titre, pour haranguer encore davantage : « c’était parfait jusqu’à ce que je lève mes yeux en direction du balcon. Levez vous et bougez la tête ! » et le titre de repartir de plus belle ! S’en suit l’écrasant « New Orleans Is A Dying Whore » et Phil de demander ensuite au public s’il sait quel est le premier titre à avoir été écrit pas Down ? Les puristes le savent, il s’agit de « Temptation’s Wings » dont le riff d’intro bénéficie d’applaudissements lancés à l’unisson avec la grosse caisse de Bower par toute la salle et Anselmo de s’incliner devant le public ! Down se retire de scène sur « Underneath Everything », qui voit encore Windstein s’illustrer par un bon solo (la setlist privilégie largement les titres les plus rentre dedans de Down et donc souvent des titres où Kirk joue le solo, Pepper Keenan rongeant un peu son frein dans le domaine). Si l’opus précédant Over The Under (2007) est totalement écarté de la tournée, le nouvel Ep se taille évidemment une part du gâteau et ses titres passent avec aisance le test de la scène comme le montre par exemple l’épique « Misfortune Teller » doté d’un riff contagieux qui ne manque pas de voir le public headbanguer en symbiose et Anselmo de stopper une nouvelle fois le titre, juste pour applaudir le public parisien, on le répète vraiment excellent ce soir et ayant fait office de 6ème membre de la formation tout au long de la soirée ! Si Anselmo n’a de cesse de blaguer avec le public, de faire de long discours et de souligner sa gratitude, il se rend également compte d’un léger problème de communication quand après avoir demander qui fume de l’herbe, il voit peu de mains se lever…constat identique lorsqu’il demande qui ne fume pas d’herbe ! Peu importe, « Hail The Leaf » est balancé quand même avec Scott Shelby qui commence à faire le clown dans la fosse à photo puis « Stone The Crow » de prouver une bonne fois pour toute que le public est excellent ce soir (j’ai été payé par ce dernier ou quoi ?) lorsqu’il chante massivement tel une chorale géante le refrain du morceau. Pour bien finir la messe, Phil demande ce que l’on veut entendre. S’en suit une réponse sans équivoque : « Bury Me In Smoke » balance le public tel une armée qui répond : « oui chef ! ». La fin est magistrale, la jam traditionnelle a évidemment lieu avec les mecs de Warbeast qui viennent taper le bœuf, et beaucoup moins habituel en revanche, Scott Shelby et Anselmo de se livrer à un combat de catch à la fin du titre ! Manière rigolote d’achever ce très bon concert de Down, livré dans une ambiance de folie pour une soirée qui restera longtemps encrée dans les mémoires !

Setlist DOWN (Paris) :
01-Eyes Of The South
02-Witchtripper
03-Open Coffins
04-Lysergik Funeral Procession
05-Lifer
06-Pillars Of Eternity
07-Losing All
08-Ghosts Along The Mississipi
09-New Orleans Is A Dying Whore
10-Temptation’s Wings
11-Underneath Everything
Encore :
12-Misfortune Teller
13-Hail The Leaf
14-Stone The Crow
15-Bury Me In Smoke


Une semaine plus tard, je pars retrouver Down en Allemagne et plus précisément à Dortmund pour la dernière date de la tournée qui a lieu le jour d’Halloween. Là encore, la salle affiche complet et première surprise du jour, ce n’est pas Warbeast qui ouvre les hostilités mais le vrai-faux groupe Los Terribles. Histoire de garder un peu le mystère, je ne lèverai pas le voile sur l’identité des musiciens et des faux roadies (même si d’après la galerie photo, vous pourrez en identifier certains…), masqués et maquillés. Le quintet propose pendant 15 minute un doom/stoner répétitif, un brin improvisé, parfois agrémenté de blast beat avec un chant hurlé en espagnol à la manière de Brujeria ! Bon vous l’avez compris, Los Terribles n’est pas un groupe à prendre au sérieux, il s’agit d’une blague (même si certains riffs valent le coup !) tout comme les planches de cocaïne que Pepper Keenan apporte au chanteur ne sont en fait que du talc pour bébé ! De quoi donner le ton de cette soirée placé sous le signe d’Halloween…et du fun ! Warbeast suit très vite, avec un set très similaire à celui de Paris, à l’exception que le titre « Guardian Angel » se voit ici remplacé par le meurtrier « Unleashed » après qu’Anselmo aient insisté durant toute la tournée pour avoir ce titre ! Autre changement plus superficiel mais néanmoins rigolo, Bruce Corbitt est cette fois déguisé en Batman et ses compères arborent eux aussi un déguisement ou du maquillage. C’est Halloween on vous dit ! « Egostical Bastard » est tendrement dédié à Anselmo et ce dernier vient une nouvelle fois épauler Corbitt lors du dernier refrain !

Setlist WARBEAST (Dortmund) :
01-Warbeast
02-Krush The Enemy
03-It
04-Egotistical Bastard
05-Scorched Earth Policy
06-Nobody
07-Unleashed
08-Nighmares In The Sky
09-Birth Of A Psycho


Lorsque Down arrive sur scène, Anselmo muni d’une croix macabre, on a envie de comparer avec l’ambiance de fou de Paris une semaine plus tôt, et désolé pour nos amis allemands, mais le décor est très différent. Bien sur le groupe est attendu, bien sur nombreux fans dans les premiers rangs sont agités et chantent les paroles par chœur, mais globalement on est loin de la liesse affichée une semaine plus tôt au Bataclan. Mais qu’importe, car tout le monde tient encore la grande forme, à l’image d’un Jimmy Bower n’économisant aucune énergie et tapant déjà comme un damné ses fûts pendant « Open Coffins » réalisant bien qu’il s’agit du dernier show ! Juste avant un « Lysergik Funeral Procession », dédié à la mémoire de son ami Emanuel Stewardt (célèbre entraineur de boxe et commentateur sur HBO décédé le 25 octobre 2012), Phil fait monter un vampire sur scène (à moins qu’il ne s’agisse de votre serviteur…) et laisse comme indication au public qu’il se pourrait qu’il se passe des choses un peu spéciales en cette nuit d’Halloween ! Tout comme à Paris, Pat Bruders prouve qu’il s’intègre à merveille dans Down lorsqu’il pose son emprunte sur des parties de basse clés du répertoire du groupe avec comme parfaits exemples « Pillars Of Eternity », « Ghosts Along The Mississipi », « Stone The Crow »  ou bien encore « Temptation’s Wings » où Phil dit au public qu’ils n’ont pas encore tout vu…On sent bien que quelque chose se trame pour le rappel et Anselmo se montre d’ailleurs beaucoup moins bavard et beaucoup plus bref et expéditif dans ses interventions, peut être moins catalysé par le public plus mou qu’à Paris ou peut être aussi pressé d’arriver au rappel. Quoiqu’il en soit, Down interprète un rare « Swan Song » pour le plus grand plaisir des amateurs et se retire sur « Misfortune Teller » qui fonctionne une nouvelle fois parfaitement ! Le groupe met beaucoup de temps à revenir des loges et une musique d’ambiance diabolique se fait entendre dans les enceintes pendant de logues minutes. Evidemment, quelque chose se prépare et voilà les 5 revenir affublés des costumes du clip de « Witchtripper », justement pour interpréter le morceau de façon très relâchée et décontracté et surtout avec beaucoup de fun ! Tout le monde est hilare à la vision de voir Pat déguisé en sorcier, Jimmy en indien ou encore Phil en mage. Ce dernier ne se prend vraiment plus au sérieux du tout et troque son attitude de boxeur contre des pas de danse incongrus et des grimaces et semble prendre une sacrée tranche de bon temps ! « Je vous avais prévenu, ce soir ne vous attendez à rien de très professionnel, juste du fun ! Ne grandissez jamais, c’est un piège, ne prenez pas les choses trop au sérieux ! » dit il avant de continuer ce rappel costumé qui se termine avec un « Bury Me In Smoke » des familles où la jam se montre plus bordélique que jamais tant tout le monde y passe entre les membres de Warbeast et du crew. Et si à Paris Anselmo et Shelby ont joué aux catcheurs, ça recommence encore ce soir avec Shelby qui met à mal le pauvre Phil dont le visage ne cesse de laisser échapper quantité de sang (factice on vous rassure !) et tout le monde de se joindre à la bagarre ! Bower se fait encastrer le visage par une croix (heureusement en polystyrène), la petite amie d’Anselmo, déguisée en sorcière, se fait balancer entre Shelby et Anselmo, Batman n’est pas très loin, Dracula non plus, et tout le monde se grimpe dessus et joue à la bagarre pour ce final poilant, bordélique et surtout donnant dans la bonne humeur la plus pure ! En lisant ce long report, vous l’aurez compris : le concert de Paris était intrinsèquement meilleur que ce soit au niveau de l’interprétation et de l’ambiance, mais celui de Dortmund placé sous le signe d’Halloween était forcément plus spécial et plus fun ! Dans les 2 cas, cette tournée aura vu un Down au sommet de sa forme et on a déjà hâte de retrouver le groupe l’an prochain pendant la saison des festivals !     

Setlist DOWN (Dortmund) :
01-Eyes Of The South
02-Open Coffins
03-Lysergik Funeral Procession
04-Lifer
05-Pillars Of Eternity
06-Losing All
07-Ghosts Along The Mississipi
08-Swan Song
09-Temptation’s Wings
10-Misfortune Teller
Encore :
11-Witchtripper
12-Hail The Leaf
13-Stone The Crow
14-Bury Me In Smoke

 

close
_/_

_/_