Newsted - Jason Newsted

 
NEWSTED

INTERVIEW AVEC JASON NEWSTED

07 JANVIER 2013 PAR TELEPHONE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personne n’a oublié Jason Newsted tant son long passage dans Metallica fut remarqué ! Occupé par des activités plus discrètes depuis qu’il a quitté le groupe légendaire, Jason revient sur le devant de la scène en créant son propre groupe sobrement intitulé Newsted qui publie le 8 janvier un premier EP sobrement intitulé Metal ! Entretien pour le moins intéressant avec un musicien authentique et intègre qui parle avec passion de son actualité ainsi que de son passé au sein de Metallica.   

Nous n’avons pas eu beaucoup de nouvelles de toi depuis que tu as quitté Metallica en 2001. Peux-tu résumer ce qui s’est passé dans ta carrière au cours de cette dernière décennie ?

Jason Newsted (chant, basse) : Beaucoup de choses à vrai dire ! J’ai été pas mal occupé. Echobrain existait déjà avant que je quitte Metallica donc après mon départ j’ai tout de suite enchainé avec la sortie de l’album et une tournée. 10 jours après ça j’ai alors rejoins les mecs de Voivod et j’ai mis en boite 3 albums à leurs cotés. En 2003 je suis devenu pour une courte durée le bassiste d’Ozzy Osbourne et j’ai joué à ses côtés sur l’Ozzfest de la même année. En 2006 j’ai participé à l’émission TV Rock Star Supernova et nous avons enregistré un album dans la foulée. Le dernier album de Voivod que j’ai fait avec Piggy est Infini (2009) et le reste du temps je me suis consacré à la peinture et à tout un tas d’improvisations musicales au Chophouse (le home-studio de Jason). J’ai aussi donné quelques concerts avec mon groupe punk Papa Wheelie juste pour le fun, histoire de faire un petit peu de bruit. Puis j’ai commencé depuis aout 2012 ce nouveau projet Newsted et je m’y consacre depuis 5 mois. J’ai donc été très occupé même si j’ai conscience que cela ne se voit pas puisque je n’étais plus vraiment sous le feu des projecteurs (rires) !

Je sais que beaucoup de tes fans ne connaissent pas ce groupe, mais comment as-tu pu oublier ta collaboration avec les géniaux Gov’t Mule ?

Oh oui tout à fait ! J’ai beaucoup appris de cette expérience. Jouer avec Warren Haynes et son groupe, c’est le genre de chose qui te remet vite à ta place (rires) ! Tu penses que tu as tout fait dans le metal et que tu assures vraiment puis tu joues avec ces mecs là et tu réalises soudainement qu’il te reste un très long chemin à parcourir ! Ce fût vraiment une expérience géniale, ne serait-ce que pour jouer avec Matt Abts que je considère comme un des tous meilleurs batteurs de tous les temps !

Tu viens de créer ton propre groupe Newsted au lieu de rejoindre une formation déjà existante comme c’était le cas avec Metallica, Ozzy Osbourne ou Voivod. Quand as-tu ressenti le besoin de mener ta propre barque ?

Mon implication dans Voivod était une quête personnelle à mes yeux dans laquelle je voulais aider mes amis. C’était vraiment quelque chose que je faisais surtout pour la passion et l’amitié. Newsted est un projet que je prends beaucoup plus au sérieux. Je n’aurai jamais pensé me servir de mon nom de famille comme nom de groupe car j’aime bien trouver des noms de groupe plus cools. Mais je voulais m’assurer qu’il n’y ait pas la moindre confusion possible dans le monde entier quant à la teneur de ce projet, à cause de tout ce que nous venons d’aborder : mon implication dans des formations aussi différentes que Gov’t Mule, DJ Shadow ou bien encore Sepultura. Je veux être sur que tout le monde voit de façon la plus nette possible le style que je joue sur ce nouveau projet et dans notre monde, et plus particulièrement dans le monde du metal, les gens savent ce que les noms « Newsted » et « Metal » signifient ! Peu importe la langue que tu parles, si tu connais le vocabulaire metal, tu sais ce que « Newsted » et « Metal » signifient ensemble. Cela donne une très bonne idée de la teneur de cet EP intitulé Metal !  

Nous avons parlé d’Ozzy que tu as accompagné brièvement. Après avoir quitté Metallica, il n’y avait aucun sens pour toi de rejoindre une autre formation de cette importance n’est-ce pas ?

J’ai reçu des tonnes d’offres pour rejoindre des groupes aussi bien énormes que confidentiels au fil des années mais j’ai toujours fait très attention à veiller à écouter mon cœur et à faire ce que j’avais vraiment envie sans jamais me soucier de l’importance de l’offre. Depuis longtemps déjà, je n’ai plus à m’inquiéter du fait de gagner de l’argent lorsque je joue de la musique grâce au succès que Metallica a rencontré. Cela me permet de véritablement me concentrer sur ce qui a du sens à mes yeux et de jouer seulement ce que j’ai envie de jouer. C’est pourquoi je n’étais vraiment pas chaud pour rester dans un autre groupe énorme ou rejoindre une formation très importante car il m’aurait alors fallu faire face à des erreurs que d’autres personnes auraient commises avant même que je ne rejoigne le groupe, et en faisant parti de la même entité, je serai alors devenu coupable par association d’une certaine manière. Je ne voulais plus intégrer un univers déjà entaché par d’autres. Je voulais commencer à partir d’un canevas vierge en compagnie de musiciens qui travaillent dur mais qui n’ont malgré tout jamais vraiment rencontré de succès. Je veux jouer avec des musiciens disciplinés et qui ont toujours la faim au ventre et beaucoup d’envie ! Je veux des musiciens qui croient en ma vision et qui me soutiennent et c’est ce que j’ai trouvé en choisissant de bons potes à moi pour créer Newsted le groupe.

Beaucoup de gens, et je m’inclus là dedans, ont toujours adoré lorsqu’en live avec Metallica tu chantais un bout de « Whiplash » ou « Seek And Destroy » et d’une manière générale tes chœurs ajoutaient énormément à la puissance de Metallica en concert. As-tu décidé d’être le chanteur de Newsted parce que tu avais conscience que certains aiment ta voix ou est-ce parce que tu voulais vraiment devenir frontman ?

J’adore être derrière le micro et je crois qu’il était largement temps pour moi de m’y consacrer pleinement. Ma voix a beaucoup évoluée au cours de ces 10 dernières années et autant je peux toujours gueuler comme un damné autant je me concentre surtout aujourd’hui sur le fait de véritablement chanter. C’est ça la nouveauté pour moi aujourd’hui. Je peux faire des choses mélodiques avec ma voix. Sur les 11 ou 12 titres que nous allons publier en 2013, je me suis chargé de l’intégralité des guitares rythmiques. J’ai joué 70% des parties de basse et Jessie Farnsworth s’est occupé des 30% restant ainsi que de la plupart des solos de guitare tandis que je me suis chargé également de quelques solos. Tous ces rôles sont assez nouveaux pour moi et bien évidemment je me sens le plus à l’aise et le plus fort lorsque je tiens ma basse entre les mains et que j’hurle avec ma voix et c’est pourquoi c’est ce que je ferai principalement. Mais pour mettre plus de piment pendant nos concerts, nous échangerons les rôles parfois et je jouerai la guitare sur certains titres pendant que Jessie prendra la basse. C’est la première fois de ma carrière que je compose absolument tous les titres, que j’écris les parties de chaque instrument et que je suis l’auteur de tous les textes. C’est pourquoi c’est logique d’appeler ce projet Newsted. J’ai déjà écrit des chansons et des textes par le passé, surtout avec Flotsam & Jetsam où beaucoup de chansons prenaient forme après que les guitaristes s’appuient sur mes idées à la basse pour les faire évoluer en chanson. Cette fois pour Newsted, j’ai directement composé tous les titres à la guitare sans l’aide de personne et c’est pourquoi ces nouvelles chansons sont véritablement mes bébés ! C’est très nouveau pour moi. Quant au poste de chanteur/frontman, en réalité c’est un rôle que j’ai déjà assuré par le passé lorsque Flotsam & Jetsam ne s’appelait pas encore ainsi. A l’époque nous étions simplement un groupe de reprise et nous jouions du Iron Maiden, du Tank et du Motorhead et j’avais le même rôle qu’aujourd’hui en étant bassiste/chanteur. J’ai donc été frontman avant de faire n’importe quoi d’autre dans ma carrière et 30 ans plus tard je reviens à mon rôle d’origine en reprenant du service en tant que chanteur/bassiste !

Tu viens de parler de la nouveauté pour toi d’assurer toute la composition de la musique et l’écriture des textes. On peut supposer que tu te charges aussi de l’ordre des titres sur l’album, de toutes les décisions et d’autres choses encore. Est-ce que ce changement de responsabilité radical te met la pression ?

Effectivement je me charge désormais de tout. J’ajoute à ce que tu as dis la réalisation des pochettes et de l’artwork en général. Je me mets un peu de pression quant à certains nouveaux rôles. Je suis par exemple terrifié à l’idée de me produire en public en chantant avec une guitare dans les mains (rires) ! Chanter en jouant de la basse ? Ca ne me fait évidemment pas peur. Mais je risque de mettre un certain temps à me sentir à l’aise avec les quelques titres sur lesquels je vais jouer de la guitare en live. Je ressens à la fois de la nervosité et de l’excitation. Mais ce n’est pas réellement de la pression car j’ai conscience que tout le monde sait de quoi je suis capable. Il est difficile de vraiment ressentir de la pression lorsque tu as fait parti de Metallica et que tu as gagné tous ces grammy awards et que tu fais parti du Rock N’Roll Hall Of Fame. Toutes ces récompenses et autres accomplissements sont déjà réalisés et encrés en moi. J’ai déjà atteint le sommet de la montagne. Aujourd’hui je fais simplement les choses que j’ai envie de faire. J’aime jouer de la musique, j’aime faire du bruit et je pense que quiconque connaît un peu l’histoire de Metallica sait que je suis le genre de mec qui fait uniquement ce qu’il désire et que je ne me laisse jamais dicter ma conduite par quelqu’un d’autre. Je veux faire Newsted car j’adore ce que je joue avec ce groupe. Je veux à nouveau me retrouver en face du public et faire du bruit pour lui. C’est aussi simple que cela ! Si les gens ont envie de venir voir nos concerts, c’est génial. S’ils n’ont pas envie, ça me va aussi. Il n’y a aucune pression là-dessus ! Bien sur, certains vont me dire lorsqu’ils vont écouter l’EP Metal : mec ça ne ressemble pas à « Master Of Puppets » ! Et je vais leur répondre : Non tu crois ? Plus rien ne ressemblera jamais à « Master Of Puppets » ! Je veux seulement proposer une collection de nouvelles chansons cool en 2013, c’est tout. C’est ridicule la manie qu’ont certains à toujours vouloir comparer avec le passé mais c'est inévitable.

Peux-tu présenter tes 2 camarades dans Newsted ?

Mon batteur s’appelle Jesus Mendez Jr. Il vient de Fresno en Californie. Cela fait plus de 10 ans que je joue de la musique avec lui au Chophouse. Dans le passé Jesus était un roadie local de Metallica en Californie puis il est devenu drum tech d’Echobrain. Nous sommes potes depuis un bail. Nous avons une arme secrète en la personne de Jessie Farnsworth. Ce dernier peut jouer sur tout un tas d’instrument et il assure les chœurs. Il est vraiment très complet dans la mesure où il joue aussi bien en tant que guitariste soliste qu’en tant que bassiste. Il est vraiment très bon. Il vient du Connecticut à l’origine mais il habite en Californie depuis un bon moment. Il était autrefois le frontman de son propre groupe et il a largement roulé sa bosse en jouant sans relâche dans le circuit des clubs en Californie. Jesus et Jessie sont très professionnels, très motivés et très disciplinés. Nous buvons un coup ensemble de temps en temps mais nous ne prenons aucune drogue. Nous sommes vraiment sérieux quant à notre musique. J’ai besoin de gens comme ça autour de moi. Je ne veux surtout pas de gens connus qui trainent derrière eux tout un bagage d’expérience que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Je préfère largement jouer avec des gens que je connais depuis longtemps et en qui j’ai une entière confiance. Des gens vrais et authentiques qui se pointent à l’heure et qui n’ont pas peur de rester bosser 16h00 par jour avec moi si jamais j’en ai besoin. Crois moi ce n’est pas si facile à trouver dans ce circuit. Il y a tellement de mecs qui débarquent avec leur attitude de rock star et toutes les conneries qui vont avec. Mes gars ne se comportent pas comme ça. Je peux très bien former un supergroupe n’importe quand. Cette nuit si je le veux, je peux assembler un groupe réunissant les meilleurs musiciens des plus gros groupes, mais cela ne serait pas assez pur à mes yeux !

Sur Metal tu joues du metal simple, brut, direct et efficace et mine de rien cela fait un long moment que tu n’as pas donné dans ce style du point de vue du public. Est-ce que cela te manquait ?

En fait c’est surtout les gens qui me manquaient en train de jouer ce style de musique ! Toutes les semaines j’ai gardé la forme au cours de toutes ces années que ce soit à travers des improvisations ou en jouant des trucs super puissants et rapides au Chophouse. Evidemment, j’ai à nouveau l’opportunité de partager ça avec le plus grand nombre en étant désormais le centre d’attention et en contrôlant tout. Je suis le frontman et je chante ce que j’ai envie de chanter, je présente les concerts de la manière dont je veux les présenter et je joue ce que j’ai envie de jouer. Ces chansons ont du sens à mes yeux et je peux m’assurer de faire passer les messages que j’ai envie de faire passer. Tout ça est très excitant pour moi !

Peux-tu parler de la production de Metal ?

Nous avons tout d’abord énormément répété en amont de l’enregistrement. Puis nous avons mis en boite l’album avec Anthony Focx qui s’est occupé aussi bien de l’enregistrement que du mixage que du mastering. C’est lui qui a mixé les titres de Metallica sur le jeu vidéo Guitar Hero et il a également bossé sur quelques disques d’Aerosmith. C’est un excellent producteur. C’est également un gros fan de Metallica et plus précisément un de mes fans. Il nous a donc considérablement aidés et il ne m’a pas demandé beaucoup d’argent pour ses services. Nous nous sommes assurés d’avoir suffisamment répété avant qu’il nous rejoigne pour être au point, il a pris un vol, il s’est posé derrière les manettes, nous avons joué et tu peux entendre le résultat sur Metal ! C’est du metal direct, brut et old school. Il n’y a rien de trop compliqué ou de trop dingue ici. Pas de solo ultra technique ou des parties de sweeping à 100 à l’heure ! C’est juste du metal solide qui revient aux fondamentaux, avec un bon groove et une importance donnée au riff. Lorsque nous trouvons un riff vraiment bon, en général on appuie dessus pendant 5 minutes ! Juste du pur metal !

Etant donné que le groupe s’appelle Newsted,  est-ce que tu vas te permettre d’exprimer à l’avenir d’autres influences musicales que tu possèdes en toi ou vas-tu te cantonner à du metal pur et dur ?

C’est une très bonne question ! A vrai dire je me la suis déjà posé. Effectivement en appelant ça Newsted, cela pourrait me permettre d’exprimer tout un tas de styles et de chansons que j’ai fait avec des projets très différents les uns des autres. On pourrait très bien imaginer qu’après avoir sorti en 2013 cet EP intitulé Metal, je revienne un peu plus tard entouré d’autres musiciens en donnant dans un autre genre. C’est une possibilité que je me laisse après tout. Mais ce qui est sur en revanche, c’est que je vais me concentrer sur du metal old school pendant les 18 prochains mois. Je n’ai que ça à l’esprit actuellement et je vais encore publier de la musique cette année et j’espère bien partir sur une longue tournée. Mais je sais également que je ferai de la musique toute ma vie et j’ai tellement de projets sous le coude dont la musique n’est jamais sortie que je pourrai très bien me servir de Newsted dans quelques années à cette fin. J’aimerai publier mes projets avec les mecs de Death Angel, Exodus et Sepultura par exemple. Mais tout bien réfléchi, je pense en fait sortir tous ces autres projets sous l’étiquette Chophouse. Un truc du genre : Chophouse présente tel ou tel projet. Je pense au plus profond de moi que le groupe metal Newsted restera un groupe de metal et rien d’autre.

Tu mentionnes depuis tout à l’heure le fait de tourner. A vrai dire, lorsque je pense Jason Newsted, la première chose qui me vient à l’esprit n’est ni ton jeu de basse ni ton chant. Je pense tout de suite à l’une des présences scéniques les plus intenses et charismatiques de tous les temps ! Les gens espèrent te revoir en concert. Quels sont tes plans pour le moment ?

Moi aussi je veux revenir sur scène car je suis parfaitement conscient que c’est ma principale force ! Je suis né pour jouer du metal sur scène. C’est ce à quoi je suis le meilleur dans la vie. Il est évident que j’adore faire ça, je crois que cela se voit n’est-ce pas (rires) ? J’apprécie énormément les compliments que tu viens de me faire. Cela me procure un sentiment de bien être car j’ai toujours joué chaque concert comme s’il s’agissait du dernier de ma vie, comme s’il s’agissait de ma dernière chance et cela fait du bien d’entendre que l’on est reconnu à sa juste valeur. Je vais jouer avec exactement la même intensité et la même mentalité avec Newsted et je vais saisir chaque opportunité de me produire live ! Ce que j’aimerai le plus, c’est jouer dans des endroits où je ne me suis jamais produit avec Metallica. J’aimerai me produire dans les derniers recoins du monde où ils n’ont pas encore joués. Cela pourrait même être dans les recoins de la France, de la Californie ou du Montana. Peu importe. Ce que j’aimerai c’est jouer dans tous les endroits possibles où les autres groupes ne se produisent pas en général. C’est ce que je dis actuellement à mon manageur. Je veux jouer dans des villes de province ou même à la campagne où les gens n’ont pas l’opportunité de pouvoir se rendre à beaucoup de concerts. Je veux aussi jouer pour eux !

Lorsque l’on écoute le style pratiqué par  Newsted, on peut d’emblée vous imaginer reprendre un titre comme « Whiplash » sur scène par exemple. Comptes-tu reprendre en concert certains vieux titres de Metallica que tu peux chanter et restituer avec un power trio ?

(Rires malicieux) Tu as un cerveau qui fonctionne plutôt bien mec ! Tu sais lire dans mes pensées apparemment (rires). Il se pourrait effectivement que nous jouions « Whiplash » ainsi que quelques autres titres de Metallica, mais il est trop tôt pour que je dévoile quoique ce soit. Disons juste que nous sommes sur la même longueur d’onde ok (rires) ? Je suis d’accord avec toi en tout cas et pour continuer dans ce sens, je peux déjà dire qu’en concert nous ne serons pas un power trio mais bel et bien un quartet car je vais rajouter un guitariste afin de restituer parfaitement nos compositions en concert.

L’EP Metal est disponible ce soir à minuit (interview réalisée le 7 janvier). Quant est-il d’un véritable album ?

Nous avons enregistré 11 chansons et nous allons les publier en plusieurs fois. Nous allons sortir ces 11 chansons à travers 3 EPs tout au long de l’année 2013. Une fois le troisième EP disponible, il sera alors temps de publier un véritable album, en format CD et vinyle, qui compilera ces 3 EPs et proposera un véritable artwork. Tous les EPs sortent d’abord exclusivement sur i-Tunes et chacun d’entre eux sera disponible en format physique 2 semaines plus tard sur mon site newstedheavymetal.com. Que les fans qui sont toujours attachés au CD et au vinyle se rassurent donc, tout cela est en préparation ! Nous avons choisi de publier notre musique d’abord sur i-Tunes car le monde de la musique est complètement différent de là où je l’ai laissé. Beaucoup d’avenues sont les mêmes qu’autrefois, mais il y a aujourd’hui beaucoup de nouveaux chemins à emprunter. Avec les nouvelles technologies, le monde se rétrécie et en effectuant mon retour sur le devant de la scène et en proposant de la nouvelle musique, i-Tunes est aujourd’hui le meilleur moyen pour moi de savoir de manière rapide si les gens en ont encore quelque chose à foutre de la musique de Jason Newsted !

Nous avons parlé de ton présent et de ton futur et j’aimerai finir avec une réflexion sur ton passé. Lorsque l’on se replonge dans ton passage au sein de Metallica, c’est intéressant de constater que tu as enregistré avec eux des albums très différents et marquants. L’album le plus technique avec …And Justice For All, le plus gros succès avec Metallica (plus connu sous le nom de Black Album) et le plus controversé avec Load. Que penses-tu de ces disques aujourd’hui ?

…And Justice For All (1988) : C’était effectivement un album plutôt technique ! Mon esprit se trouvait encore dans une tempête d’émotion car j’étais en train de vivre mon rêve qui était tout simplement celui d’être le bassiste de Metallica ! J’en avais encore le tournis (rires) ! J’ai bossé très dur sur ces chansons et je les ai enregistrées de la seule manière que je connaissais jusque là car avec Flotsam & Jetsam nous enregistrions nos parties respectives en seulement un jour ! Pour moi il s’agissait simplement de mettre en boite mes parties aussi vite que possible et à l’époque je ne savais absolument pas que l’on puisse te laisser du temps entre les prises pour te relaxer ou pour approfondir certaines idées. J’étais un gosse qui jouais du thrash et pour moi quelqu’un démarrait l’enregistrement et je devais tout jouer sans me poser de question ! C’était donc une expérience différente pour moi. J’ai accouché de toutes mes parties de basse en quelques jours dans le studio seulement accompagné de l’ingénieur du son. Il n’y avait absolument aucun autre membre du groupe présent pendant mes sessions. Ils m’ont seulement emmené au studio et m’ont dit de poser ma basse sur l’album. C’était une manière assez étrange de procéder à mon premier album avec eux.

Metallica (1991) : Le Black Album ? Une expérience monstrueuse ! J’ai tellement appris aux côtés du producteur Bob Rock. Il m’a enseigné toutes ces choses que j’ignorai du temps de …And Justice For All. Il m’a appris énormément de choses. C’est lui qui m’a dit de véritablement devenir le bassiste de Metallica et de ne plus me soucier de la guitare. Il m’a dit que je n’avais pas à suivre la partie de guitare à la basse. Il voulait au contraire que je développe des parties de basse complémentaires de la guitare. Que je devienne un véritable bassiste en somme et plus quelqu’un qui se contente de jouer la même chose que la guitare à la basse. Cela m’a ouvert un nouvel univers ! C’est pourquoi ma basse sonne de façon énorme, épaisse et monstrueuse sur ce disque ! Et c’est comme ça qu’elle doit sonner. C’est le rôle qu’un bassiste doit avoir et je remercie Bob Rock pour me l’avoir permis. Evidemment lorsque l’on parle du Black Album comment ne pas évoquer ce succès colossal que nous avons rencontré et dont nous ne nous serions jamais douté ? C’était quelque chose d’imprévisible et évidemment voilà une récompense qui fût particulièrement savoureuse !    

Load (1996)/ReLoad (1997) : Lorsque je me réfère à Load et Reload, je parle en général d’une période embarrassante et bizarre. A cause du train de vie individuel que chacun de nous empruntait de notre côté, notre travail en studio a manqué de cohérence. Pour commencer, nous changions tout le temps d’endroit. Un coup nous enregistrions en Californie puis le coup d’après nous étions à New York. Il fallait toujours bouger d’endroit. Cela ne ressemblait plus à ce que nous faisions avant lorsque nous campions littéralement dans le même studio pendant 8 ou 9 mois. Nos sessions étaient complètement disjointes. Puis il y avait beaucoup trop de chansons à faire en même temps. Il était question qu’il s’agisse d’un double album, puis ensuite que l’on sorte 2 albums séparés pour que les gens ne soient pas trop déboussolés. Quand je repense à ses sessions cela m’évoque un sacré bordel ! Sans parler de toute cette politique qui faisait désormais partie du groupe. A l’époque de …And Justice For All nous étions plus ou moins un gang : nous étions habillés de la même manière, nous mangions la même chose et nous buvions la même chose (rires). Nous formions un unique tout et la seule chose qui nous importait était de faire du bon thrash devant 3000, 4000 ou 5000 personnes. Tu fais un saut dans le temps et tu arrives à l’époque de Load et tu te rends compte que Metallica a complètement explosé et se retrouve désormais à jouer devant des millions de gens. Cela amène tout un tas de personnes à se mêler de ce qui se passe dans le groupe, il y a toute cette politique qui débarque, tous ces manageurs et tous ces employés de maison de disque et ça devient tout simplement le bordel ! Tout cela nous a distrait et nous a empêchés de pouvoir nous concentrer pleinement sur la musique. Bien sur il y a un bon côté de l’histoire mais je veux aussi montrer aux gens qu’il y a un mauvais côté car à côté de ce succès gigantesque il y a eu beaucoup de choses difficiles et de frustrations diverses. Même si cette période ne me laisse pas un bon souvenir, je dois reconnaître que le son de Load est fantastique ! Ce n’était pas un album rapide, encore moins un album de thrash. Mais le son de guitare et de basse était superbe et James Hetfield y a livré certaines de ses prestations vocales les plus profondes et émotionnelles comme sur « The Outlaw Torn » par exemple. Il y avait tout de même une certaine musicalité dans Load malgré toutes les critiques que je viens d’émettre à son sujet, il ne s’agissait plus seulement de faire du bruit…mais on dirait que cela n’a pas trop plus aux gens et qu’ils préféraient lorsque nous faisions du bruit (rires) !
       
 

 
 

 
 
 
 

close
_/_

_/_