Danko Jones - Danko Jones

 

 DANKO JONES

INTERVIEW AVEC DANKO JONES

11 JUILLET 2012 A PARIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rock And Roll Is Black And Blue
ne m’a personnellement pas trop convaincu. Pour autant, il aurait été dommage de ne pas laisser le volubile Danko Jones le défendre, surtout que comme à son habitude, le canadien s’est montré franc, amusant et loquace, lui qui confie être ravi de fêter aujourd’hui les 10 ans de sa toute première journée promo en 2002…une journée promo qui avait également eu lieu à Paris !


Ton premier véritable album est sorti il y a 10 ans et tu en as déjà publié pas moins de 6. Est-ce une fierté pour toi de ne pas perdre de temps entre 2 disques ?

Danko Jones (chant, guitare) : Pas spécialement, les choses sont ainsi car une fois la tournée terminée, il est temps pour nous de faire un nouvel album contrairement à beaucoup de groupes qui partent en tournée sans relâche pour défendre le même album au point à ce que ça en devienne vraiment lassant et chiant, aussi bien pour eux que pour le public qui n’entend rien de neuf au bout d’un moment.

Exception faite de Never Too Loud (2008) produit par Nick Raskulinecz tous vos albums ont été produits par Matt DeMatteo. A l’époque, est-ce que le fait de travailler avec Nick t’a aidé à réaliser qu’il n’y avait aucune raison de bosser avec quelqu’un d’autre que Matt ?

Pas vraiment. Nick habite à Los Angeles et Matt habite à Toronto. Pour des raisons personnelles, j’ai souhaité faire Bellow The Belt (2010) et ce nouvel album Rock And Roll Is Black And Blue en restant à Toronto. C’est un peu moins vrai pour ce nouvel opus mais c’était la condition sine qua non pour faire Bellow The Belt. Pour des raisons de budget c’est mieux lorsque nous restons à la maison et dans notre périmètre, nous ne connaissons pas meilleur producteur que Matt ! Cette fois-ci j’avais envie à la base d’enregistrer hors de Toronto, mais pour des raisons personnelles cela n’a pas été possible. Après je ne veux surtout pas donner l’impression que nous bossons avec Matt par confort mais il est clair que le fait qu’il habite Toronto joue toujours en sa faveur ! Mais Matt est évidemment un producteur talentueux sans quoi nous ne travaillerions pas avec lui. Il connaît assez bien Danko Jones après toutes ces années, il nous a vu un paquet de fois en concert et avec lui nous parvenons à nous mettre dans un bon rythme de travail plus rapidement au lieu de perdre du temps à apprendre à nous connaître avec un nouveau producteur et ce genre de choses. Mais là aussi, ça ne concerne pas Nick qui était un mec super mais son principal défaut est celui d’habiter Los Angeles…même si en fait il n’y vit plus et habite désormais à Nashville je crois. Je ne m’en souviens plus très bien en fait mais je pense qu’il se trouve actuellement quelque part dans le Tennessee.

Encore un changement de batteur. Pourquoi Dan Cornelius est-il parti et peux-tu présenter le nouveau venu Atom Willard ?

La tenure de Dan dans le groupe était arrivée à son terme. Nous sommes à bord d’un train et il est impossible de l’arrêter en route. Parfois il faut savoir prendre des décisions d’homme et aller de l’avant. Dan possède de bonnes qualités. C’est un mec avec un cœur en or et c’est un bon batteur mais sa personnalité ne collait pas avec la notre sur scène et en dehors de scène. Nous le savions et il le savait, il était temps de séparer nos chemins. Nous l’avons fait de façon amicale, sans le moindre email incendiaire ou la moindre bagarre (rires). C’est juste qu’au niveau relationnel ça ne collait pas. C’est une séparation similaire à celle d’une relation avec le sexe opposé. Parfois tu sors avec une fille, pour une relation qui aurait du durer au maximum 2 mois, et au bout de 2 ans tu te réveilles soudainement et tu te dis : « mais qu’est ce que je fous encore avec elle ? » (Rires). Ce n’était pas aussi dur avec Dan, mais c’est un peu l’idée. Quant à Atom Willard, c’est un mec qui n’a pas besoin d’être présenté mais je vais le faire quand même. Il a joué auparavant avec Rocket From The Crypt, Angels & Airwaves, Social Distorsion et The Offspring. Depuis quelques années il m’envoyait des blagues par email du genre : « si jamais ton batteur se casse le bras, tu sais qui appeler ! ». D’ailleurs, j’ai demandé à Atom de façon non officielle de nous rejoindre en avril 2011 alors que nous étions en tournée avec Dan et je savais qu’à notre retour nous aurions un nouveau batteur. Après tous ces emails passés à plaisanter je lui ai dit : « on ne rigole plus ! Nous avons besoin d’un nouveau batteur et je compte uniquement sur toi ! ». Juste un email et nous avions notre nouveau batteur. Après une année passée ensemble et un album mis en boite, je peux déjà dire que nous nous entendons bien car Atom a le même genre d’expérience derrière lui et il sait comment se comporter sur la route et autour des gens. Je ne veux pas cracher sur Dan car c’était vraiment un très bon batteur, mais avant de nous rejoindre il n’était jamais vraiment parti en tournée. Il tournait seulement au Canada et n’était jamais allé de l’autre côté de l’océan. Il avait donc beaucoup à apprendre et au début c’était plutôt sympa pour être honnête car cela nous faisait apprécier encore un peu plus notre groupe et reprendre gout à certaines choses. C’était cool d’avoir à nos côtés un mec qui avait l’impression d’avoir gagné le loto en jouant avec nous et qui montrait tant de gratitude. Cela nous avait vraiment rappelé à quel point il est bon de faire parti d‘un groupe. Puis lentement mais surement son inexpérience a fini par se révéler sur tout un tas de choses et il était temps de nous séparer. Atom quant à lui fait ça depuis suffisamment longtemps pour avoir évacué toutes les conneries et tous les drames que l’on peut faire en faisant parti d’un groupe et en partant en tournée, tout comme nous. Nous sommes sur la même longueur d’ondes et aujourd’hui, seul la musique et les concerts comptent ! La seule chose qui nous importe est que les gens ressortent de la salle en se disant : « putain ce groupe m’a botté le cul ! ». Rien d’autre ! Je n’ai pas envie de jouer les touristes en tournée. Je n’ai pas envie d’aller voir un musée ou une vieille église. Fuck that ! Je suis là pour jouer devant des gens et je suis là pour leur botter leur putain de cul !

Quel est le sens derrière ce nom d’album Rock And Roll Is Black And Blue ?

En fait il s’agit d’un titre très ancien pour moi car je voulais intituler ainsi un de nos premiers Ep ou maxis aux alentours de 1996. Je ne l’avais finalement pas fait car un autre groupe local de Toronto venait de sortir quelque chose avec un nom assez similaire et du coup j’avais enterré l’idée. Il faut se replonger dans l’atmosphère musicale de 1996 pour comprendre ce titre. A l’époque le rock n’roll était snobé et ringardisé. Le genre était relégué aux oubliettes. Et si l’on regarde bien la situation en 2012, les choses n’ont pas tellement changées. Qui sont les stars les plus populaires ? Kanye West, Lady Gaga, Arcade Fire, James Hetfield et Lars Ulrich. Y en a-t-il un dans ce lot qui peut représenter le rock n’roll ? Je ne pense pas et si je devais choisir qui est la plus grosse star à même de mieux représenter le rock n’roll alors je choisirai Jack White (ex-The White Stripes, The Raconteurs, The Dead Weather). Il serait un bon représentant mais il est à des années lumières de la popularité de Lady Gaga, Jay Z, Beyoncé, Rihanna et Lars Ulrich. J’ai beau chercher, à part Jack White je ne vois vraiment aucun représentant du rock n’roll étant populaire. Iggy Pop peut être ? Mais dans ce cas je parlerai d’une icône, d’une légende mais Iggy est largement moins connu que Lady Gaga. Dans la catégorie grosse star grand public, je ne vois personne d’autre que Jack White. C’est pourquoi je trouve que ce titre a toujours beaucoup de sens en 2012, car il faut voir les choses en face : le rock n’roll est toujours sacrément amoché aujourd’hui !

En marge de tes titres catchy et habituels comme « Get Up » ou « Legs », il y a ce titre avec une vibe à la Led Zeppelin, intitulé « You Wear Me Down ». Voulais-tu exprimer l’influence des 70’s ?

Pas particulièrement, nous avons écrit plein de chansons et nous avons surtout retenus les meilleures. Mais effectivement, lorsque j’ai composé le riff de « You Wear Me Down », je me suis dit : Putain ! Ca sonne comme du Led Zeppelin ! Mais loin de moi l’idée d’essayer de sonner comme Robert Plant ou Jimmy Page. J’ai ramené ce riff en répétition et la chanson n’a cessé d’évoluer tout en sonnant toujours comme du Led Zep, mais qu’est-ce que je peux bien y faire ? Je n’allais pas la jeter ou la dénaturer juste parce qu’elle me rappelait trop Led Zeppelin. De la même manière, je ne me suis jamais dit : tiens, écrivons un titre 70’s à la Led Zep ou à la Thin Lizzy. Rien de tout ça, c’est juste une bonne chanson qui ressemble il est vrai à Led Zeppelin. Après j’avoue qu’au départ j’ai immédiatement trouvé que le riff sonnait trop comme du Led Zeppelin. Nous sommes un trio, qui se contente surtout de jouer des gros accords de puissance. Je ne fais jamais de solo car j’en suis incapable. Je ne me considère pas vraiment comme un guitariste d’ailleurs, je suis principalement chanteur. Voilà donc qu’un petit trio sans prétention parvient à rappeler le son d’un groupe comme Led Zeppelin, qui en gros était un ensemble d’excellents musiciens de session, des experts de chacun de leurs instruments. Danko Jones qui singe Led Zeppelin, c’est un peu comme si un groupe de punk essayait de jouer du John Coltrane (rires) ! C’est un défi et c’est amusant de voir que l’on s’est mis ponctuellement à imiter Led Zeppelin alors que l’on ferait mieux de se cantonner à AC/DC ou Kiss. On se comprend bien sur le fait que Led Zeppelin n’est pas seulement un groupe de rock n’est-ce pas ? Ce sont de vrais musiciens, de très haut niveau, qui se sont mis à jouer ensemble et cela a fonctionné ! C’est vraiment incroyable pour moi de me dire que l’on a essayé de singer une telle formation !

Quelle est l’histoire derrière « I Believed In God » ?

C’est une chanson vraiment très simple dans un style punk/rock si l’on écarte les chœurs gospel. Elle me fait penser un peu à The Misfits et en quelque sorte c’est un hommage à ce groupe que j’adore. Si je dois apporter plein d’éléments chrétiens sur une de mes chansons, pour que je me sente bien avec moi-même moralement, car je suis contre les religions organisées, il faut alors que toute cette chrétienté devienne blasphématoire (rires) ! C’est le cas de « I Believed In God ». Attention, ce n’est pas un titre sataniste, c’est seulement blasphématoire. Au niveau des paroles le titre se place dans la peau de quelqu’un qui ne croit pas en Dieu et au milieu de la chanson il se met à dire que Dieu est maléfique ! Ca peut paraître con, mais je n’ai jamais entendu personne chanter « God is evil » dans une chanson avant. Quand j’ai trouvé cette phrase toute simple j’ai sauté au plafond et j’ai su que j’allais l’utiliser coute que coute (rires) ! C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi j’adore autant cette chanson.  On m’a souvent taxé de prêcher sur scène, et je comprends bien pourquoi, et je sais que ce n’est pas une insulte mais au contraire un compliment. Mais en même temps, je n’ai jamais voulu jouer un rôle et jouer les prêcheurs. Lorsque je suis sur scène je me contente de faire ce que je sais faire. Mais du coup avec cette étiquette qu’on m’a collé il me semblait opportun de disposer d’un titre comme « I Believed In God ». C’est un peu du genre : « tu crois que je suis un prêcheur ? Attend un peu pour voir ! ».

Danko Jones est un groupe fun mais sur votre DVD vous avez montré également un visage sérieux et intéressant sur l’histoire du groupe. Avez-vous abordé ce DVD en vous mettant dans la perspective d’un fan qui choisirait ce que son groupe favori inclurait dans un DVD ?

Oui en quelque sorte car j’adore les documentaires sur le rock. J’adore connaître la vraie histoire derrière un groupe et pas seulement les conneries et l’esbroufe qui est souvent mise en avant. Cela dit, je ne joue aucun rôle sur scène, que je sois devant 20,  500 ou 8000 personnes, c’est moi sur scène ! Je réagis de façon spontanée et naturelle. C’est pourquoi je suis incapable de jouer un rôle isolé avec le réalisateur devant une caméra contrairement à beaucoup de groupes. Je sais que beaucoup pensent que je joue un rôle, pourtant je n’ai jamais fait semblant. C’est juste que je suis super excité à l’idée d’être sur scène de la même manière que je suis super excité à l’idée de baiser (rires) ! Je suis dans le même état lorsque j’attends l’album d’un des mes groupes favoris depuis 3 ans ou lorsque je rentre à la maison après une tournée fatigante ou lorsque c’est le jour de mon anniversaire ! Je ne simule pas, je suis quelqu’un d’enthousiaste et c’est ma vraie personnalité qui s’exprime sur scène ! C’est pourquoi le documentaire est vraiment authentique lorsque je raconte l’histoire du groupe. Je n’allais quand même pas me mettre à gueuler sur les 2 personnes qui m’entourent pour faire comme si je me comportais sur scène, de la même manière que sur scène, je ne vais pas faire comme si j’avais une seule personne devant moi !  Je me suis contenté de rester moi-même et c’est aussi ce que je fais en ce moment même. Nous parlons en tête à tête et voici comment je me comporte dans ce cas de figure.

Tu as d’ailleurs toujours été très spontané sur scène…

C’est clair et cela vient du fait que je n’ai absolument aucune idée de ce que je vais dire à l’avance ! Mais ce n’est pas si difficile d’improviser mes discours car je sais où se trouvent mes limites.

Au cours de ta carrière, tu es parti en tournée avec certains de tes groupes préférés comme Motorhead, Guns N’Roses et Ozzy Osbourne. Qui reste-t-il sur ta liste ?

AC/DC et The Rolling Stones ! J’aimerai aussi jouer ne serait-ce qu’une fois avec Kiss ou même Metallica. Nous n’avons joué que 2 fois avec Ozzy, une fois à Paris et très récemment en Espagne. En revanche Guns N’Roses nous ont pris avec eux sur 10 pays différents. Quant à Motorhead, nous avons beaucoup tourné avec eux, j’ai même joué sur scène avec Lemmy plus d’une douzaine de fois et ça a toujours été fantastique de tourner avec Motorhead.                



 

 
     

close
_/_

_/_