Mastodon - Once More 'Round The Sun

 

MASTODON

ONCE MORE 'ROUND THE SUN

 

 

 

 

 

 

Mastodon revient avec un 6ème opus intitulé Once More ‘Round The Sun, 3 ans après un The Hunter (2011) qui a posé les bases d’un style plus varié, catchy et mélodique pour la formation d’Atlanta. Ce nouvel album s’inscrit dans la même lignée, mais tuons le suspens d’entrée, il se montre en dessous du niveau de son illustre prédécesseur. Moins inspiré, sonnant souvent de manière « forcée » sur sa seconde moitié, Once More ‘Round The Sun m’a  également mis devant un paradoxe. Inutile de le cacher, si le chant dans Mastodon n’a jamais été une force du groupe, tant que Brent Hinds et Troy Sanders se contentaient de beugler dans leurs micros respectifs, cela ne gênait pas. Dans un soucis louable d’évolution, depuis Crack The Skye (2009), Mastodon a opté pour véritablement chanter, et Hinds et Sanders étant des vocalistes assez frustres (quoique cela passe en studio, mais en live…), l’arrivée de rares parties chantées par le batteur Brann Dailor, à la voix plus juste et cristalline, offraient un sacré plus à la formation en apportant notamment beaucoup de contraste. Des titres comme « Oblivion » ou « Dry Bone Valley » illuminaient ainsi les 2 précédents albums de Mastodon. Du coup, lorsque l’on partage mon constat, on attendait qu’un jour Dailor prenne encore plus de poids dans la balance vocale, et c’est aujourd’hui chose faite avec Once More ‘Round The Sun, où finalement sont assez rares les titres où le batteur ne chante pas ! Sauf que malheureusement, muant un peu sa voix vers un registre plus aigüe lui faisant perdre beaucoup de personnalité dans son timbre,  le chant de Brann ne fonctionne plus avec le même brio et se montre finalement peut être trop présent au point de dénaturer un peu le propos. Les fans de la première heure risqueraient d’ailleurs d’être décontenancés par le caractère très commercial de titres comme « The Motherload » et surtout « Ember City », ce dernier étant bien dispensable. Pour autant, il faut reconnaitre que les 6 premiers titres demeurent tout de même globalement réussis et bien accrocheurs, avec en tête le single imparable « High Road », l’ouverture sur un « Tread Lightly » qui en impose ou bien encore le mi envoutant/mi castagneur « Chimes At Midnight ». Il y a du bon donc dans ce disque, même si globalement il manque de cohérence et d’homogénéité et surtout de compositions plus abouties, ce qui en fait le premier album décevant de cette formation ô combien créative dont je ne doute pas qu’elle pourrait bien rebondir la prochaine fois !    

Genre :
Metal

Sortie :
23/06/2014

Label :
Warner

Produit par :
Nick Raskulinecz

Line-up :
Troy Sanders - chant, basse
Brent Hinds - chant, guitare
Brann Dailor - chant, batterie
Bill Kelliher - guitare

Tracklisting :
01-Tread Lightly
02-The Motherload
03-High Road
04-Once More 'Round The Sun
05-Chimes At Midnight
06-Asleep In The Deep
07-Feast Your Eyes
08-Aunt Lisa
09-Ember City
10-Halloween
11-Diamond In The Witch House
close
_/_

_/_